PEN Club Belgique (francophone): le centenaire, raconté dans un « beau livre » consacré à PEN International (1921-2021) et à PEN Belgique (1922-2022).

PEN Club Belgique est le centre belge francophone de PEN International, une association créée en 1921 à Londres en vue d’inciter le monde des lettres à sensibiliser l’opinion aux grands enjeux du moment: la préservation de la paix étant le premier d’entre eux, à trois ans de l’armistice de la Première guerre mondiale (qu’on appelait alors la « Grande Guerre » ou la « Der des der »…). PEN International (dont l’acronyme anglais désigne les Poets/Essayists/Novelists visait ainsi à « promouvoir l’amitié, la coopération intellectuelle et l’échange entre écrivains du monde entier. » Un « beau livre » publié à l’occasion du centenaire de PEN International, et disponible auprès de PEN Club Belgique ( penclubbelgique@gmail.com ou www.penclubbelgique.be ), raconte l’évolution de ce « Club » , fondé par une poète (Catharine Amy Dawson Scott) et un romancier (futur Prix Nobel de littérature :John Galsworthy), tous deux secondés par le poète et dramaturge Hermon Ould qui a transformé le « dinner club » en une organisation internationale influente..

Le livre du centenaire dans sa version française avec chapitre dédié à PEN Belgique

Bien vite, le nombre de pays membres du Club s’accroît (la Belgique, sous l’impulsion de Louis Piérard y adhérera dès 1922), de même que les ambitions et les objectifs de l’association. La défense du droit à la liberté d’expression et la promotion de la littérature constituent toujours le socle sur lequel, cent ans plus tard, repose la Charte de PEN International qui s’ouvre par cette déclaration: La littérature ne connaît pas de frontières. L’éventail des formes d’écriture à protéger s’est élargi à de nouveaux genres (BD, chanson, articles de blogs, journalisme littéraire…etc) et moyens d’expression (internet, Mooks, blogs etc). Ainsi, le Secrétariat international de PEN, basé à Londres et les Congrès annuels de l’association actualisent-ils de façon régulière les priorités que les atteintes aux droits humains ne cessent (hélas) de rendre indispensables. A titre d’exemple, citons Le manifeste sur les droits d’auteur et Le manifeste sur les Droits linguistiques et La déclaration de Québec sur la traduction littéraire. C’est sans doute là la première fois, dans une institution internationale, que la traduction littéraire est présentée comme « vecteur privilégié du dialogue entre les cultures, gage de paix et de liberté, ainsi que rempart contre l’injustice, l’intolérance et la censure. »

Le « livre du centenaire de PEN International » raconte aussi, avec le support d’une extraordinaire iconographie d’archives, 100 ans de littérature mondiale. S’y côtoient les noms des écrivains qui ont apporté leur soutien aux actions de PEN (la plupart des Prix Nobel de littérature n’ont pas été des moindres!), mais aussi ceux victimes des répressions que leur infligent les régimes totalitaires: Federico García Lorca, Stefan Zweig, Wole Soyinka, Salman Rushdie, Ana Politvskaïa ou Svetlana Aléxéïévitch (interviewée sur le site de PEN Belgique lors d’une visite de l’écrivain biélorusse au parlement européen).

Et les Belges?

« Le livre du centenaire » de PEN International : un chapitre dédié au centenaire de PEN Belgique (1922-2022)

Le livre du centenaire de PEN International est, dans sa version française, accompagné d’un chapitre consacré aux cent ans de PEN Belgique. Ce chapitre, – richement illustré grâce aux Archives et Musée de la littérature de Belgique- , a été écrit par François-Xavier Lavenne,docteur en philologie romane, lauréat de l’Académie royale de Belgique en classe des lettres. En 16 pages, l’historien de la littérature, qui est aussi Secrétaire général de PEN Belgique, brosse un portrait érudit autant qu’attachant, des décennies qui ont suivi la création par Louis Piérard du « Club des écrivains belges », appelé à intégrer le réseau naissant des centres PEN. Louis Piérard (auquel une conférence du Collège Belgique a été consacrée en 2019), s’est très vite imposé comme une figure incontournable de PEN International. Dans le livre du centenaire, on le voit ainsi accueillant à Bruxelles ses homologues Georges Duhamel, Jules Romains, John Galsworthy, Catharine Amy Dawson Scott dans les salons du Palais des Académies.

Il est vrai que , comme le souligne Lavenne, Louis Piérard, député socialiste, homme de lettres, journaliste, père de la législation sur le droit d’auteur, est un internationaliste convaincu.

Conférence consacrée à Louis Piérard (Collège Belgique, septembre 2020)

Le « supplément belge » du livre du centenaire évoque aussi les réalisations actuelles du centre belge francophone de PEN International: la participation active aux comités des écrivains emprisonnés, des droits linguistiques, aux Congrès internationaux, mais aussi l’organisation et l’animation de rencontres littéraires (accueillies notamment au Palais des Académies) avec des personnalités aussi marquantes que Svetlana Aléxéïévitch, Amin Maalouf, Didier Decoin, Andréï Kurkov et bien d’autres dont les interviews figurent sur le site de PEN Belgique. L’occasion est donnée aussi d’évoquer quelques figures marquantes des lettres belges qui ont apporté leur soutien actif aux travaux de l’association: Jacques De Decker, Anne Richter, Philippe Jones, Huguette de Broqueville (qui en assuma la présidence jusqu’à son décès en 2015, à laquelle succéda Jean Jauniaux ), Charles Plisnier et, bien sûr, Maurice Maeterlinck qui en fut le président international en 1947.

L’occasion est aussi donnée par ce livre et cet anniversaire de rappeler les conditions d’adhésion à PEN Club Belgique et de souligner que toutes les bonnes volontés y sont les bienvenues, appartenant ou non au monde littéraire. Il n’est pas nécessaire d’être écrivain pour devenir membre de l’association: adhérer aux principes que défend PEN International est la condition fondamentale pour faire partie de ce combat centenaire pour la défense de la littérature (au sens large) et du droit à la liberté d’expression.

L’occasion aussi de remercier les écrivains et personnalités qui ont apporté et/ou apportent aujourd’hui encore leur expertise, leur temps et leur notoriété au Conseil d’administration de PEN Belgique ( Elise Bussière, François-Xavier Lavenne, Yves Namur, Colette Braeckman, Luc Castro, Claire Magnès, François d’Adesky, Thilde Barboni, Anick Maquestiau, Helga Nelson, Frank Pierobon, Sara Dombret, Frédéric Saenen, Nathalie Dubois, Jean-Baptiste Baronian, Laurence Boudart, Alison Jane Bell…) ainsi bien sûr que les membres de l’association, écrivains ou non, avec une mention particulière pour celles et ceux qui ont accepté de devenir membres d’honneur de l’association belge: Erri De Luca, Paul Auster, Svetlana Aléxéïévitch, Henri Vernes, Jacques Franck, Didier Decoin, Jacques Loustal…

Le livre du centenaire est disponible, entre autres, auprès de PEN Club Belgique dont le siège social se trouve à la Maison européenne des Auteurs et Autrices, rue du prince royal, 85-87 à 1050 Bruxelles. Il sera disponible également lors de salons et foires du livres, ainsi que lors des rencontres littéraires de PEN Belgique.

Le centenaire de PEN International coïncide avec l’élection du nouveau présidente international de l’association, l‘écrivain turc Burhan Sönmez que nous avons interviewé par ZOOM le 8 novembre dernier:

Interview du nouveau président international de PEN International: Burhan Sönmez